Margaux Lonnberg est l’une de ces blogueuses atypiques. Inspirée avant tout, le blog comme support, comme moyen, comme véhicule de son univers. The Killing Moon se fait le reflet de ses influences artistiques, visuelles, musicales, ces stimuli qui façonnent quotidiennement son empreinte propre. Loin des blogueuses mode, lifestyle ou autres catégories, l’espace online de Margaux Lonnberg est versatile, indéfinissable.

Son but ? Amorcer un virage vers son aspiration première, celle de créer sa propre ligne de vêtements. Un rêve réalisé depuis quelques saisons déjà, un rêve qui est même plus que personnel, ayant su toucher une large part de jeunes femmes modernes, intéressées par une dégaine intemporelle aux accents loose. Preuve en est, sa collection est désormais commercialisée en France, en Belgique, en Angleterre, aux Etats-Unis, et même au Japon, et son sweat Noé ne compte plus les adeptes diverses. Des T-shirts oversizes aux robes en denim, son style minimaliste ne cesse de séduire et d’amplifier son influence. Mais Margaux Lonnberg sait aussi transposer cette essence à son esthétique corporelle, irradiant l’objectif de ses cheveux blonds wild, son visage naturel entièrement dénué de maquillage, son regard bleu perçant, ses tatouages forts en symbole et son corps longiligne se mouvant selon les émotions. Une nouvelle fois, comme le véhicule de son être, sa fibre artistique authentique.

Et c’est cette partie immergée de l’iceberg que Ba&sh a su capter. La griffe française montante a vécu la rencontre avec cette néo it girl discrète comme un véritable coup de coeur. La mystérieuse Margaux Lonnberg comme égérie ? Cap’, ont clamé les deux créatrices. Androgynie, sous-tons grunges, folk, et minimalistes, elles n’auraient de fait pu trouver meilleure ambassadrice. Et c’est en noir et blanc que la blogueuse/chanteuse/créatrice sublime ces créations qui, finalement, lui ressemblent tellement.

Margaux Lonnberg, égérie Ba&sh pour l'Automne/Hiver 2013-2014

Margaux Lonnberg, égérie Ba&sh pour l’Automne/Hiver 2013-2014