Il n’était prévu que pour hier, lundi 12 août 2013, et pourtant, la technologie a joué un mauvais tour à Katy Perry. Tout comme Lady Gaga, dont le titre « Burqa » a déjà fait le tour d’internet avant même une sortie officielle, la superstar pop vient de voir son single « Roar », prémisse de son nouvel album Prism, dans les bacs en octobre, faire une entrée tonitruante sur le web. Une entrée appréciée, acclamée, même plébiscitée.

Katy Perry est toujours ultra lookée sur scène, ici au côté de Mick Jagger © Katy Perry

Katy Perry sur scène © Katy Perry

Malgré une programmation étudiée à la lettre, amorcée les jours précédents par de nombreuses vidéos teasers postés sur le compte VEVO officiel de la chanteuse, la rapidité du web a dépassé Katy Perry. Ou peut-être était-ce prémédité ? Toujours est-il que quelques heures après cette fuite très médiatisée, le clip avec paroles du nouveau titre pop de la star a été divulgué. Le moment de s’interroger sur les raisons d’un tel succès. Désigné unanimement comme un tournant plus mature de la chanteuse habituée des feel good songs fortes en guimauves, « Roar » bénéficie en effet des composantes indéniables d’un tube estival.

Pop, toujours. Choc, aussi. Adulte, surtout. Loin des paroles adolescentes d’une California Gurl, d’une femme-enfant pleine de Teenage Dream avide de nouvelles expériences et clamant haut et fort qu’[Elle] Kissed A Girl, le nouveau titre de Katy Perry sonne comme un retour à l’âge de raison, à son âge propre tout simplement. La chanteuse y expose les tribulations d’une jeune femme plus féroce que jamais après une rupture. L’ode d’une femme forte se relevant d’une chute amoureuse, ayant enfin surmonté l’aveuglement d’une passion destructrice et plus puissante que jamais. D’où les « rugissements » indiqués par son titre. Nous aussi, « vous nous entendrez rugir » lorsque nous danserons sur ce single réussi. Soit tout l’été.